Le poète breton visite les délaissés.

Daniel Morvan

Tableaux de l’existence aux heures creuses de l’extrême ouest. En huit nouvelles rudes qui se partagent le même décor d’Armorique, le poète Henri Droguet pique sa prose aux ajoncs d’Aleth ou de Fréhel. Cela nous vaut une promenade pas ordinaire dans un univers lunaire, entre Synge et Beckett, sur fond de palaces balnéaires, kiosques à musique et masures croulantes. Dans la vase au pied des stations thermales, quand la tempête a démantelé la falaise « couleur de betterave cuite », un chômeur dort entre des traverses de chemin de fer, ratiocinant sur la fatigue et le travail. Apparaît sur les laisses de mer une espèce de crabe mutant. Un instituteur visionnaire entreprend un cycle romanesque, Comédie humaine des gueux écrite par un Balzac du Samu social. Un vagabond, adorateur de Gagarine, entreprend de reconstruire une cabane, entretient une liaison avec l’aubergiste du coin qui se suicide ; il déterre son trésor de pièces d’or et s’en va. D’une nouvelle à l’autre, c’est toujours le même Albert, frère de misère des « messieurs rien de rien, les rois du pétrole », mangeurs de berniques, cohorte christique dont la voix (borborygmes et soliloques) est réunie dans une pulsation moribonde : « On se vautre encore et encore. Le pied gauche d’un arc-en-ciel tombe dans un carré de choux rouges de l’autre côté de la chaussée, plus loin. »

Ce texte a été initialement publié par le site Chien de lisard :

http://chien-de-lisard.blogspot.fr/2016/12/henri-droguet-borborygmes-et-soliloques.html

« Faisez pas les cons ! »

Nouvelles, récits, fables, peu importe le nom, il y en a huit. Dans un décor de grains et de ports désolés, de landes boueuses ou d’herbes rares et d’éboulements divers, bref, d’instabilité générale du Ciel et de la Terre. Y rôdent Albert, dans tous ses états, et ses romanesques amis, quelques énergumènes nomades de son acabit : la succession des litres à 11°5 éclairant diversement d’un voile irisé les fortunes de leurs humeurs et pourquoi pas, une sorte d’humanité. De l’abstème amer jusqu’à la folle bobance. Rapidement, dans ces parages dévastés, le banal vire à la catastrophe, à la confusion, à l’absurdité, au chambard. Car la vieille humanité

Lire la suite »