Contre-courant

Traduit du grec
par Gilles Ortlieb

Âgé d’une dizaine d’années lors de l’invasion de la Grèce par les troupes allemandes, le narrateur n’était encore qu’un adolescent quand sa province natale, à l’image du pays, s’est déchirée entre des factions rivales jusqu’à l’aube des années cinquante. C’est dire si les événements rapportés se sont imprimés sur un cerveau sensible, pour ne pas dire vierge encore, et on ne s’étonnera pas qu’ils soient devenus indélébiles. Le livre que voici, au prétexte d’une longue conversation à bâtons rompus avec une jeune universitaire venue interroger l’auteur sur l’un de ses précédents ouvrages, Accoutumance à la nicotine, revient sur le détail de ces années capitales, déterminantes pour la trajectoire d’une vie et, accessoirement, d’une nation. On ne s’étonnera pas non plus que les histoires et épisodes rapportés aient des chutes souvent tragiques, ni que ce tragique soit rarement annoncé mais dévoilé peu à peu, jusqu’à se révéler dans toute sa crudité.

« Le lecteur, écrit Gilles Ortlieb dans sa préface, introduit d’emblée dans le vif du sujet, en sortira aussi abruptement qu’il y était entré, rendu un peu plus songeur peut-être par ce qu’il lui aura été donné de voir ou ce qu’on lui aura laissé deviné. Pour l’auteur, il ne s’agit pas de faire beau, encore moins de faire joli, mais seulement d’approcher la vérité, de la cerner d’aussi près que possible et, quelquefois, de la nommer. » Pour conclure ainsi : « Toutes les éducations, on le verra, ne sont pas seulement sentimentales. »

Traduit du grec et préfacé par Gilles Ortlieb,
suivi de notes sur l’histoire de l’occupation et de la guerre civile en Grèce.

Thanassis Valtinos

Thanassis Valtinos : romancier, scénariste et dramaturge né en 1932 dans le Péloponnèse, une région de Grèce très présente dans son œuvre. Après une enfance marquée par des tribulations familiales et les années d’Occupation, il s’installe vers 1950 à Athènes, où il vit encore aujourd’hui. Devenu le scénariste de plusieurs films de Théo Angelopoulos , il obtient, en 1984, le Prix du Scénario à Cannes, pour Le voyage à Cythère. Pour s’en tenir aux livres traduits en français, après La Marche des neuf ont suivi, dans l’ordre, Vie et aventures d’Andreas Kordopatis, Bleu nuit presque noir, Eléments pour les années soixante, Plumes de

Lire la suite »