« Au fond de la couche gazeuse 2011 – 2015 »

Jérôme Dupuis

l_express.jpg

Qui est-il ? On ne sait rien de lui. Pas la moindre photo connue. Certains disent que derrière ce nom aristocratique se cacherait un mystérieux collectif. Baudouin de Bodinat avait frappé les esprits en publiant, dans les années 1990, La Vie sur Terre, tomes premier et second, deux petits essais hautains et pessimistes. Il y dénonçait, dans une langue magnifique, notre cybermonde climatisé dénué de toute émotion. Depuis, une poignée d’initiés se chuchotait le nom de cet antimoderne comme un talisman.

Que dit-il ? Le voici qui ressurgit avec cet Au fond de la couche gazeuse
20011 – 2015. Et c’est un peu comme si le Cardinal de Retz revenait pour décrire la vie au temps de l’IPhone 6. Le décalage entre le style Grand siècle et la trivialité de nos vies, où des couples peuvent passer un dîner entier à pianoter chacun sur son smartphone, révèle l’absurdité d’une planète devenue comme virtuelle. À cet âge spectral, le mélancolique Baudouin de Bodinat oppose la nostalgie des chemins creux et de « toutes ces promesses que la vie n’a pas tenues ». C’est moins gai que du Cyril Hanouna. Mas c’est nettement plus dérangeant.

Au fond de la couche gazeuse

Comme on s’informe des moeurs et usages d’une colonie animale en observant à bonne distance ses foyers d’attroupement, ses circulations saisonnières, ses activités significatives, il est indispensable d’examiner l’état actuel de la collectivité humaine et l’esprit qui l’anime en tâchant de se projeter, autant que possible, en dehors ou au-delà de ce « Dôme » d’ondes électromagnétiques qui la retient captive (à plus de sept milliards se gênant d’être entassés là sans issue). Et tout autant d’essayer de saisir ce qui se tient comme pensées et sensations frustes derrière l’expression neurasthénique de ceux que l’Âge numérique a assujetti à ses écrans. Des observations, des relevés

Lire la suite »