Daghani, du fond de l’enfer

Claude Mouchard


Le « journal » d’Arnold Daghani est un document extraordinaire – et une véritable œuvre de la nature la plus singulière. C’est un événement que cette édition établie et annotée par Thierry Bouchard et Marc Sagnol qui ont revu et corrigé la traduction de Philippe Kellmer.

Ce journal du camp de Mikhaïlovka nous plonge dans la Shoah telle qu’elle a fait rage en Roumanie ou en Ukraine, lors d’une tourmente historique où succéda à l’avancée des Russes celle de Allemands – auxquels s’allia le dictateur roumain Antonescu.

On a pu parler d’un « pan oublié » de la Shoah. Alexandra Laignel-Lavastine, dans son introduction à la traduction du monumental ouvrage de Matatias Carp Cartea Neagra. Le Livre noir de la destruction des Juifs de Roumanie 1940 – 1944 (Denoël, 2009), remarque : « la légitime focalisation des historiens du nazisme sur l’industrialisation de la mort dans les camps d’extermination va […] contribuer, du moins auprès du grand public, à reléguer dans l’ombre les crimes de masse perpétrés à l’est de l’Europe ».

Dans son Avant-Propos (daté de « Paris, 2000 ») à ce Journal, Philippe Kellmer (qui, avant d’être le traducteur de Daghani, fut son « compagnon de déportation ») écrit : « Notre groupe d’environ cinq cents personnes internées dans un ghetto situé en Transnistrie – territoire d’Ukraine occupé, entre le fleuve Dniestr à l’ouest et le Boug à l’est, et administré par la Roumanie – fut brutalement raflé et transporté par la SS au-delà du Boug – du côté de l’Ukraine – en territoire exclusivement régi par les Allemands. Nous étions, à la fin de la guerre, entre sept et douze personnes à avoir survécu. »

Au camp de Mikhaïlovka, « on travaillait pour l’entreprise August Dohrmann », dit Philippe Kellmer dans l’entretien (constituant la dernière partie du volume) où il répond à Marc Sagnol. Il ajoute un peu plus loin : « Oui, nous étions ‟propriété” de l’Organisation Todt. En fait on appartenait à la SS, mais la SS a cédé à l’organisation Todt les déportés. »

Dans le travail sur une route dans la forêt qu’évoque Kellmer, « il y avait des gardes ukrainiens tous les cinquante ou cent mètres. On travaillait à la pelle, à la hache, avec des piques ». Et ceux qui n’étaient pas ou plus capables de travailler – malades, vieillards, enfants – étaient abattus systématiquement.
[…]

Lire la suite de l’article sur En attendant Nadeau :

La tombe est dans la cerisaie

Le journal du peintre Arnold Daghani, La tombe est dans la cerisaie, fut publié en roumain en 1947. Il paraît pour la première fois en français dans une traduction à la fois de l’allemand et du roumain de Philippe Kellmer, ami d’enfance de Paul Celan, l’un des rares compagnons de déportation de Daghani ayant survécu. Ce livre constitue un témoignage essentiel de la déportation des Juifs de Bucovine et de Bessarabie en Transnistrie, région d’Ukraine annexée par la Roumanie pendant la Seconde Guerre mondiale, de 1941 à 1944. Il s’agit d’un document décisif mettant à jour l’un des aspects de la Shoah aujourd’hui

Lire la suite »