Sténogrammes philosophiques

Traduit de l'allemand
par Nicolas Briand

À son retour d’exil, Günther Anders fait face à ce qu’il estime le plus urgent dans l’ordre des priorités : l’état du monde et la menace que représente la destructivité humaine sous les espèces de la technique et de l’atome. Mais s’il a renoncé à toute carrière universitaire, il n’en demeure pas moins tenté par les « démons de la philosophie ». Engagé dans son œuvre d’anthropologie philosophique tout autant que dans son activité militante, il cherche néanmoins à leur faire place. À les tromper ; il leur destine des « feuilles volantes » : « Et à chaque fois qu’ils [les démons] regardent par-dessus notre épaule, il faut les prendre en notes. Alors ils deviennent supportables. Ils se laissent abuser par ces sténogrammes. »

L’ouvrage, paru en 1965, se présente donc sous la forme d’un recueil d’aphorismes, ou sténogrammes, qui vont de la phrase à quelques pages, sans logique apparente dans leur classement et tous munis d’un titre. L’intérêt de l’ouvrage est d’être relativement facile d’approche, assez court, moins difficile que ses ouvrages théoriques, moins déroutant que ses autres textes littéraires.

Le génie d’Anders consiste à prélever dans son quotidien une scène, un détail apparemment anodin, pour le relier à un fait historique ou à une tendance lourde de l’évolution de la société. Le procédé rappelle par moment les aphorismes de Nietzsche, de Lichtenberg ou encore les moralistes français du dix-septième siècle.

Si le lecteur assidu d’Anders reconnaît certains de ses thèmes de prédilection, il en découvre aussi de nouveaux, des notes aux accents variés et inattendus, témoignages lucides et souvent pleins d’autodérision d’un homme porteur, selon ses propres termes, de la tare congénitale du morbus philosophicus.

Günther Anders

Günther Anders (1902 – 1992) occupe une place à part dans le collège philosophique de son temps. Il fut l’élève de Husserl, de Cassirer, de Scheler et de Heidegger (auquel il s’opposa radicalement dans un essai paru en 1948, Sur la pseudo-concrétude de Heidegger, Sens&Tonka, 2003) et son œuvre est contemporaine de celles de Benjamin dont il était cousin, de Levinas (qui traduisit l’un de ses premiers textes) ou d’Hannah Arendt dont il fut le premier mari. Son parcours est celui de l’exil : hors de son pays d’origine, puisqu’il émigra en France puis aux Etats –unis de 1933 à 1950 et ne voulut pas

Lire la suite »