La pointe du Raz dans quelques uns de ses états

En 1973, la revue aixoise L’arc publiait un numéro spécial autour de Michel Butor. A ce dernier fut confié le choix des contributeurs de ce numéro. Il fit appel, parmi d’autres, à son ami Georges Perros. Celui-ci répondit avec cet ensemble de planches dessinées autour d’un texte relatant un itinéraire vers ce finistère de la Pointe du Raz. Itinéraire multiple, qui circule entre les lieux, les époques et les textes. Le manuscrit se présente en effet sous la forme de trois colonnes, l’une constituée du récit de Georges Perros, une deuxième agrégeant des citations de Flaubert, de Michelet, et de l’Ecclésiaste (traduit par Meschonnic), la troisième faisant intervenir des extraits de Daniel Bernard et de Michel Butor lui-même.

Le texte fut repris par la suite dans le troisième tome de Papiers collés, mais dans une version légèrement remaniée. Nous publions en revanche ici l’intégralité du texte original.

L’ouvrage, composé de la reproduction du manuscrit avec les dessins et encres de Perros et d’une version typographiée du texte, est précédé d’une présentation par Michel Butor

Perros-17.jpg

Publié en co-édition avec les éditions Finitude

Tirage limité à 1000 exemplaires.

Georges Perros

Né en 1923 d’un père inspecteur dans une compagnie d’assurance et d’une mère fille de paysans, Georges Perros, de son vrai nom Georges Poulot, passe une enfance paisible dans le quartier des Batignolles à Paris. Après plusieurs déménagements, il s’installe à Rennes et s’inscrit au Conservatoire de musique avant de changer d’avis et de choisir l’art dramatique. En 1941, il abandonne l’école pour se consacrer pendant plusieurs années à cet art au Centre du spectacle. Il assiste régulièrement au cours de Paul Valéry au Collège de France et à celui de Vladimir Jankélévitch. Reçu au Conservatoire d’art dramatique, il joue dans de petits rôles.

Lire la suite »