Nous devrions peut-être nous engager dans la moindre marche avec
un esprit d’éternelle aventure sans retour – prêts à renvoyer nos cœurs embaumés comme des reliques vers nos royaumes affligés.

Henry David Thoreau


Gustave Roud : Entretiens

Je vous écris d’un pays lointain

Claude Louis-Combet : Invités de la Nuit

La Belle Saison

Correspondance Georges Perros - Henri Thomas

ceux-là qu’on maudit — Mary-Laure Zoss

Dans le temps — Jean Roudaut

« Faisez pas les cons ! » — Henri Droguet

Ma Judéité — Günther Anders

« L’art n’efface pas la perte. Il lui répond » — Jean-Paul Michel

Les Sentiments du voyageur — Pierre Girard

Le ciel est un grand timide — Thierry Laget

SUMAYMANA — Regina Celia Colônia

Au fond de la couche gazeuse — Baudouin de Bodinat

Mettre en forme et composer le projet d’architecture — Jacques Fredet

Le dernier Varlamis — Thanassis Valtinos

Contre-courant — Thanassis Valtinos

Un désir d’arbres dans les mots — Alexandre Hollan & James Sacré

J’y suis, j’y suis toujours — Lionel Bourg

L’homme sans monde — Günther Anders

Sténogrammes philosophiques — Günther Anders

Guide Bleu — Patrick McGuiness

Blue Birds Corner — Thierry Bouchard

« Nul encore n’a dit » — W.G. Sebald / Peter Tripp

Victor-Marie, Comte Hugo — Charles Péguy

La Violence : oui ou non — Günther Anders

Ma route est d’un pays où vivre me déchire… — Serge Airoldi

Eugène Atget, Poète matérialiste — Baudouin de Bodinat

Arséni Tarkovski — L’avenir seul

Sculptures sans abris - Essai sur Rodin — Günther Anders

Du flou sur les causes — Marlène Soreda

À des années lumières — Marcel Cohen

Rembrandt et les Amazones — Salah Stétié

« Car les grandes villes, Seigneur... » — Inigo de Satrùstegui

Une rose pour Wâdi Rum — Salah Stétié / Gilles du Bouchet

Écrire c’était vivre, survivre
JPEG - 3.5 ko
Lointain prochain — Fernand Deligny

L’Obsolescence de l’homme, TOME II — Günther Anders

La pointe du Raz dans quelques uns de ses états — Georges Perros

comme l’eau, le miroir changeant — Serge Airoldi

Deux écrivains français — Pierre Bergounioux

Gustave Roud — Le repos du cavalier

Mettre en forme et composer le projet d’architecture — Jacques Fredet



"Ce livre aborde un sujet peu traité, parfois malmené : la mise en forme de bâtiments, quels qu’ils soient. On a souvent discouru sur leur contenu d’activités, la manière de les bâtir, l’histoire de leur apparition ou de leur destruction, mais rarement sur ce qui fait la spécificité des connaissances de celui ou de ceux qui les ont conçus. Mettre en forme implique l’action de composer dans tous les sens de ce mot qui diffère de ce qu’on appelle trop souvent créer. Il n’y a qu’une part modeste d’invention dans la plupart des travaux d’un architecte.
Les principes, concepts, opérations de base de la mise en forme et de la composition sont introduits par le truchement du dessin d’architecture en tant que mode codifié (un ensemble coordonné de projections orthographiques) pour explorer et représenter un projet ou un bâti préexistant selon une faculté à composer que l’œil peut acquérir lorsqu’il est associé à la main, comme cela s’est fait tout au long de l’ère désormais qualifiée de « pré-numérique ». Par choix délibéré, il n’y a pas de photographies dans cet ouvrage. Les thèmes sont exposés en partant de l’intérieur du champ considéré, dans son propre langage dessiné et discursif, parfois prétendu « savant » - modérément, pensons-nous. Trois cent soixante-neuf planches - réparties en deux volumes, chacun de ces volumes associé à un volume de texte – accompagnent le texte tout en pouvant être consultées à l’écart de celui-ci. Elles offrent une trame complémentaire et autonome qui s’adresse prioritairement aux personnes qui s’adonnent régulièrement audit dessin en tant que langage graphique, pratique et symbolique. Elles renvoient à un certain nombre d’études de cas développées dans les huit parties de l’ouvrage et puisés dans la période contemporaine ainsi que dans les époques préindustrielles. On y verra aussi qu’un dessin d’architecture, quoiqu’objectif et exhaustif, n’est pas réaliste et n’a pas à l’être.
L’auteur esquisse le champ de ce qu’il appelle morphologie architecturale, notamment les différentes géométries qui la sous-tendent en utilisant une méthode des tracés, présentée et développée dès le début, avec trois monographies (Maison Fisher de Louis I. Kahn, Villa Müller d’Adolf Loos, Projet de résidence extrait de l’Encyclopédie). Il précise ensuite ce qu’il entend par catégories architecturales, morphologiques et vitruviennes. Ce faisant, il s’attaque à l’idéologie qui sous-tend la production actuelle du bâti, le fonctionnalisme, et remet à leurs places certaines esthétiques qui en dérivent, notamment celle de la vérité de la construction. Les différentes acceptions du mot « espace bâti » sont ensuite précisées, après quoi les opérations élémentaires de la composition sont introduites et développées dans des exemples qui leur conviennent. Un accent est mis sur les parcours spatio-temporels avec un aperçu sur la composition de trois jardins célèbres (Villa d’Este, Ermitage de Katsura, Maison Beaumarchais).
Quant à l’industrialisation en cours du travail intellectuel de ceux qui mettent effectivement en forme le bâti, elle est comprise au sein de l’expansion de l’industrie du numérique dont les partisans tentent d’asseoir une nouvelle bureaucratie planétaire.
Finalement, l’ouvrage émerge comme une sorte de bouteille à la mer faisant surface sous le regard d’un lecteur surpris de cet arrivage. Que va-t-il en faire ? Plongé dans une lecture qui donne au jugement l’occasion de s’exercer, le valeureux n’est donc pas obligé de souscrire au point de vue de l’auteur. Mais pour le réfuter, il lui faudra affûter ses arguments. C’est déjà ça."

Jacques Fredet : Architecte diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts et de l’Université de Pennsylvanie, il a travaillé quelques années dans l’agence de Louis I. Kahn. Il a surtout enseigné pendant trois décennies à l’École nationale supérieure de Paris Belleville. Il est auteur, entre autres, de Maisons de Paris, types courants de l’architecture mineure parisienne, de la fin de l’époque médiévale à nos jours (Éditions de l’Encyclopédie des nuisances, Paris, 2003) et du Guide du diagnostic des structures dans les bâtiments d’habitations anciens ( Le Moniteur, Paris, 2013).

Sortie en librairie : 18 janvier 2015

Présenté sous la forme de 2 coffrets :
Volumes 1 & 2 (Texte et planches correspondantes)
Prix : 155 €
EAN : 9791091902212
Volumes 3 & 4 (Texte et planches correspondantes)
Prix : 135 €
EAN : 9791091902229

Document de commande postale à télécharger ici :

PDF - 297.2 ko
Bon de commande

Commander en ligne les tomes 1&2 :

Securise par PayPal
PayPal Comment Ca Marche