Nous devrions peut-être nous engager dans la moindre marche avec
un esprit d’éternelle aventure sans retour – prêts à renvoyer nos cœurs embaumés comme des reliques vers nos royaumes affligés.

Henry David Thoreau


Gustave Roud : Entretiens

Je vous écris d’un pays lointain

Claude Louis-Combet : Invités de la Nuit

La Belle Saison

Correspondance Georges Perros - Henri Thomas

ceux-là qu’on maudit — Mary-Laure Zoss

Dans le temps — Jean Roudaut

« Faisez pas les cons ! » — Henri Droguet

Ma Judéité — Günther Anders

« L’art n’efface pas la perte. Il lui répond » — Jean-Paul Michel

Les Sentiments du voyageur — Pierre Girard

Le ciel est un grand timide — Thierry Laget

SUMAYMANA — Regina Celia Colônia

Au fond de la couche gazeuse — Baudouin de Bodinat

Mettre en forme et composer le projet d’architecture — Jacques Fredet

Le dernier Varlamis — Thanassis Valtinos

Contre-courant — Thanassis Valtinos

Un désir d’arbres dans les mots — Alexandre Hollan & James Sacré

J’y suis, j’y suis toujours — Lionel Bourg

L’homme sans monde — Günther Anders

Sténogrammes philosophiques — Günther Anders

Guide Bleu — Patrick McGuiness

Blue Birds Corner — Thierry Bouchard

« Nul encore n’a dit » — W.G. Sebald / Peter Tripp

Victor-Marie, Comte Hugo — Charles Péguy

La Violence : oui ou non — Günther Anders

Ma route est d’un pays où vivre me déchire… — Serge Airoldi

Eugène Atget, Poète matérialiste — Baudouin de Bodinat

Arséni Tarkovski — L’avenir seul

Sculptures sans abris - Essai sur Rodin — Günther Anders

Du flou sur les causes — Marlène Soreda

À des années lumières — Marcel Cohen

Rembrandt et les Amazones — Salah Stétié

« Car les grandes villes, Seigneur... » — Inigo de Satrùstegui

Une rose pour Wâdi Rum — Salah Stétié / Gilles du Bouchet

Écrire c’était vivre, survivre
JPEG - 3.5 ko
Lointain prochain — Fernand Deligny

L’Obsolescence de l’homme, TOME II — Günther Anders

La pointe du Raz dans quelques uns de ses états — Georges Perros

comme l’eau, le miroir changeant — Serge Airoldi

Deux écrivains français — Pierre Bergounioux

Gustave Roud — Le repos du cavalier

L’homme sans monde — Günther Anders



Ce volume est constitué de textes, réunis par Anders en 1984, portant sur l’art et la littérature. Ce sont des textes de différentes époques (le plus ancien, l’étude consacrée à Berlin Alexanderplatz, date de 1931, le plus récent, une étude des 87 paraboles de Brecht regroupées sous le titre Histoires de Monsieur Keuner, date de 1979) mais renvoyant tous à des écrivains et artistes représentant une certaine modernité littéraire et artistique. Cette modernité, Anders ne se contente pas de souligner les ruptures formelles qui la caractérisent. Ces œuvres ne sont pas pour lui des objets contingents. L’étude consacrée à Berlin Alexanderplatz est autant une contribution à l’anthropologie philosophique qu’une étude littéraire et contient déjà des éléments du premier tome de L’Obsolescence de l’homme ; l’étude consacrée aux paraboles de Brecht — sur lesquelles s’était déjà penché Walter Benjamin — est menée par le fabuliste auquel on doit tant de « paraboles » molussiennes.

Que l’homme soit « sans monde » renvoie pour Anders à plusieurs niveaux d’approche : les « Hommes sans monde » sont d’une part les pauvres, les précaires et les chômeurs dans la société capitaliste, mais ce sont aussi tous les hommes en tant que par essence, ils sont « non fixés » et devant « à chaque époque, en chaque lieu, voire jour après jour » se donner un monde. La perspective historique de cette anthropologie philosophique, dont Anders rappelle ce qu’elle doit à Marx et en quoi elle s’inscrit en faux contre l’être-au-monde heideggérien, donne son style singulier à la critique andersienne et s’inscrit dans le sillage des travaux de Max Scheler et Helmuth Plessner. Enfin, la problématique de l’Homme sans monde prend un nouveau sens à l’époque du multiculturalisme, où intériorisant tant de mondes différents, l’homme n’a finalement plus de monde propre.

À une introduction magistrale succèdent cinq « chapitres » regroupant des études consacrées à trois écrivains (Alfred Döblin, Bertolt Brecht et Hermann Broch) et deux artistes (John Heartfield et George Grosz). À l’exception de Heartfield, Anders a bien connu ces écrivains et artistes ou au moins échangé avec eux.

Günther Anders  : philosophe et essayiste allemand (1902-1992). Élève de Husserl et de Heidegger, contemporain et proche d’Adorno, de Jonas ou d’Hanna Arendt, son œuvre, tournant délibérément le dos à la philosophie académique, est l’une des plus radicales et rigoureuses critiques de l’industrialisation du monde. Il est l’auteur de nombreux essais consacrés au nucléaire, et des deux tomes de L’Obsolescence de l’homme.

Paru le 12 juin 2015
Format : 13x20 cm.
Prix : 22,5 €
EAN : 9791091902168


Livraison




Securise par PayPal
PayPal Comment Ca Marche