Nous devrions peut-être nous engager dans la moindre marche avec
un esprit d’éternelle aventure sans retour – prêts à renvoyer nos cœurs embaumés comme des reliques vers nos royaumes affligés.

Henry David Thoreau


Correspondance Georges Perros - Henri Thomas

ceux-là qu’on maudit — Mary-Laure Zoss

Dans le temps — Jean Roudaut

« Faisez pas les cons ! » — Henri Droguet

Ma Judéité — Günther Anders

« L’art n’efface pas la perte. Il lui répond » — Jean-Paul Michel

Les Sentiments du voyageur — Pierre Girard

Le ciel est un grand timide — Thierry Laget

SUMAYMANA — Regina Celia Colônia

Au fond de la couche gazeuse — Baudouin de Bodinat

Mettre en forme et composer le projet d’architecture — Jacques Fredet

Le dernier Varlamis — Thanassis Valtinos

Contre-courant — Thanassis Valtinos

Un désir d’arbres dans les mots — Alexandre Hollan & James Sacré

J’y suis, j’y suis toujours — Lionel Bourg

L’homme sans monde — Günther Anders

Sténogrammes philosophiques — Günther Anders

Guide Bleu — Patrick McGuiness

Blue Birds Corner — Thierry Bouchard

« Nul encore n’a dit » — W.G. Sebald / Peter Tripp

Victor-Marie, Comte Hugo — Charles Péguy

La Violence : oui ou non — Günther Anders

Ma route est d’un pays où vivre me déchire… — Serge Airoldi

Eugène Atget, Poète matérialiste — Baudouin de Bodinat

Arséni Tarkovski — L’avenir seul

Sculptures sans abris - Essai sur Rodin — Günther Anders

Du flou sur les causes — Marlène Soreda

À des années lumières — Marcel Cohen

Rembrandt et les Amazones — Salah Stétié

« Car les grandes villes, Seigneur... » — Inigo de Satrùstegui

Une rose pour Wâdi Rum — Salah Stétié / Gilles du Bouchet

Écrire c’était vivre, survivre
JPEG - 3.5 ko
Lointain prochain — Fernand Deligny

L’Obsolescence de l’homme, TOME II — Günther Anders

La pointe du Raz dans quelques uns de ses états — Georges Perros

comme l’eau, le miroir changeant — Serge Airoldi

Deux écrivains français — Pierre Bergounioux

Gustave Roud — Le repos du cavalier

J’y suis, j’y suis toujours — Lionel Bourg



On ne subsiste guère que de se confronter au monde et à sa propre histoire, mêlant souvenirs et méditations sans cesse renouvelées auxquelles contraignent la vie personnelle non moins que les développements parfois exténuants des sociétés où elle se tient. Dès lors, « y être, y être toujours », c’est bien dire, au-delà de toute lassitude, le refus d’accepter l’ordre nauséeux des choses. On n’hésiterait pas à nommer, ainsi que le réclamait André Breton, celles et ceux avec qui l’on partage, ou ne partage pas, l’élan charnel d’exister. Ce livre n’a d’autre objet. Il n’a d’autre nécessité, que l’exigence de se tenir ainsi à hauteur d’homme, de caresser, du coup, quelques espérances & quelques songes, au fil heureusement sinueux d’une prose qui se satisferait volontiers d’unir en un même souffle le réel et ce qui, en lui, demeure la trace de son imaginaire.

*

"Le désert s’accroît, ses dunes hérissées de barbelés ou de blockhaus technologiques.
Des flux s’y dispersent.
Les vents de sable, qui s’y déploient selon des réseaux que l’absence paradoxale de proximité détermine, poussent devant eux des troupeaux d’avatars, de fantômes, dissimulant, à la vue des touristes ou des néo-nomades, fussent-ils bardés d’écrans et de capteurs sophistiqués, des mirages d’une plus dramatique envergure. La cuistrerie n’en progresse qu’avec moins d’état d’âme. Rassasiée de fruits dont l’industrie culturelle garantit la fraîcheur, elle pérore, vaticine, laboure à la rigueur la terre de maigres mais écologiques oasis, racole ouvertement au coin des rues et, pour que mesure soit comble, exerce sans discrimination son droit d’ingérence au sein des diverses théories subversives cotées en bourse, qu’elle absorbe, digère, défèque, régurgite, se drapant d’une pudibonde chasuble avant d’animer les débats qu’arbitrent colloques et synodes estivaux. "

L. B.
Paru le 15 mai 2015
Format : 11x16 cm.
Prix 13,5 €
EAN : 9791091902205


Livraison




Securise par PayPal
PayPal Comment Ca Marche