Nous devrions peut-être nous engager dans la moindre marche avec
un esprit d’éternelle aventure sans retour – prêts à renvoyer nos cœurs embaumés comme des reliques vers nos royaumes affligés.

Henry David Thoreau


Une littérature de rêve - Jean Roudaut

Gustave Roud : Entretiens

Je vous écris d’un pays lointain

Claude Louis-Combet : Invités de la Nuit

La Belle Saison

Correspondance Georges Perros - Henri Thomas

ceux-là qu’on maudit — Mary-Laure Zoss

Dans le temps — Jean Roudaut

« Faisez pas les cons ! » — Henri Droguet

Ma Judéité — Günther Anders

« L’art n’efface pas la perte. Il lui répond » — Jean-Paul Michel

Les Sentiments du voyageur — Pierre Girard

Le ciel est un grand timide — Thierry Laget

SUMAYMANA — Regina Celia Colônia

Au fond de la couche gazeuse — Baudouin de Bodinat

Mettre en forme et composer le projet d’architecture — Jacques Fredet

Le dernier Varlamis — Thanassis Valtinos

Contre-courant — Thanassis Valtinos

Un désir d’arbres dans les mots — Alexandre Hollan & James Sacré

J’y suis, j’y suis toujours — Lionel Bourg

L’homme sans monde — Günther Anders

Sténogrammes philosophiques — Günther Anders

Guide Bleu — Patrick McGuiness

Blue Birds Corner — Thierry Bouchard

« Nul encore n’a dit » — W.G. Sebald / Peter Tripp

Victor-Marie, Comte Hugo — Charles Péguy

La Violence : oui ou non — Günther Anders

Ma route est d’un pays où vivre me déchire… — Serge Airoldi

Eugène Atget, Poète matérialiste — Baudouin de Bodinat

Arséni Tarkovski — L’avenir seul

Sculptures sans abris - Essai sur Rodin — Günther Anders

Du flou sur les causes — Marlène Soreda

À des années lumières — Marcel Cohen

Rembrandt et les Amazones — Salah Stétié

« Car les grandes villes, Seigneur... » — Inigo de Satrùstegui

Une rose pour Wâdi Rum — Salah Stétié / Gilles du Bouchet

Écrire c’était vivre, survivre
JPEG - 3.5 ko
Lointain prochain — Fernand Deligny

L’Obsolescence de l’homme, TOME II — Günther Anders

La pointe du Raz dans quelques uns de ses états — Georges Perros

comme l’eau, le miroir changeant — Serge Airoldi

Deux écrivains français — Pierre Bergounioux

Gustave Roud — Le repos du cavalier

Fernand Deligny


Pédagogue français (Bergues, Nord, 1913 — Monoblet, Gard, 1996).

Fernand Deligny occupe une place singulière dans l’histoire de la pédagogie : son itinéraire, fait de tentatives originales et de ruptures successives, l’a conduit à se situer de plus en plus en marge des institutions officielles dont il conteste radicalement le pouvoir.

Après des études de philosophie, il devient instituteur (1937) puis éducateur et responsable d’établissements. Il travaille auprès d’adolescents à l’hôpital psychiatrique d’Armentières (1938-1943), qu’il tente de transformer en proposant des activités et des sorties. Responsable du Centre d’observation et de triage de Lille (concernant de jeunes délinquants) de 1944 à 1946, il supprime les sanctions, laisse aux jeunes une grande liberté, encourage les échanges avec l’extérieur. De 1947 à 1950, il fonde et anime à Paris un réseau alternatif, la Grande Cordée, permettant à des jeunes en difficulté d’échapper aux internats, de faire des séjours d’essai chez des artisans et d’y apprendre un métier. Détaché au laboratoire d’Henri Wallon (1950), il décide, à partir de 1953, de vivre à la campagne pour s’occuper d’enfants souffrant de troubles psychologiques profonds.

Rejetant l’institutionnalisation professionnelle, il s’installe à partir de 1967 avec quelques amis près de Monoblet, dans les Cévennes, et y organise l’accueil d’enfants autistes, les libérant des contraintes de l’hôpital et les « laissant vivre dans la vacance du langage ». Pour Deligny, il ne s’agit pas de forcer l’enfant à s’adapter à la société : c’est en lui offrant un milieu favorable, une « présence proche » dépourvue de toute intention éducative, que l’adulte permettra au jeune d’agir et d’évoluer.

Il refuse les dogmes et les vérités préétablies, leur préférant une forme de questionnement perpétuel. "Etrange, insaisissable, déconcertant. Toujours ailleurs que là où l’on croit le situer. S’employant au demeurant lui-même, assidûment, à brouiller les pistes" (R.Genti).

L’écriture fut pour Deligny une activité constante, existentielle, le laboratoire permanent de sa pratique d’éducateur. Ses premiers livres sont des pamphlets contre l’« encastrement » institutionnel et la compassion philanthropique qui animent la politique rééducative de l’après-guerre. À partir de la fin des années 1960, il engage une réflexion anthropologique contre la loi du langage et pour une définition de l’humain a-subjectif, spécifique, dépris de lui-même. Il accueille des enfants autistes dans les Cévennes et invente de toutes pièces un dispositif de prise en charge : un réseau d’aires de séjour, des éducateurs comme lui non-spécialistes, un « coutumier » ritualisé à l’extrême, inspiré de l’agir et de l’immuable autistiques. Il invente une cartographie, les fameuses « lignes d’erre », se saisit du cinéma pour remettre en cause le « point de vue » hégémonique de « l’homme-que-nous-sommes ».