La très haute grange parmi les prairies, avec son toit de tuiles fraîches où s’avivent les ciels d’été, l’âpre crépi des murs, le banc toujours vide entre deux portes fermées, ce Port-des-Prés tout pareil (on dirait) à d’autres granges perdues dans d’autres prairies, d’où vient que je retourne à lui sans cesse, comme si, hors les sables du réel, une oasis miraculeusement m’était donnée où triomphe enfin la toute puissance du coeur ?

Gustave Roud


Fario 14

Fario 13

Fario 12

Fario 11

Fario 10

Fario 9

revue 8

revue 7

revue 6

Fario 5

revue 4

fario 3

Fario 2

revue 1

Fario 5

FACE AUX MACHINES

(...) Alors il semblerait que dans cette agitation d’émission et de réception, ce tohu-bohu maniaque, ce branchement permanent de chacun avec tous, se compose une légère indifférence aux aspects du monde (c’est-à-dire à quelque chose d’autre qu’un soi-même synthétique multiplié à l’infini), à sa présence, à ses voies, et aux correspondances que chacun pourrait en retrouver dans un for intérieur - s’il peut persister encore dans cette situation quelque chose comme un for intérieur -, une insensiblité à ses modifications et jusqu’à l’idée même de son existence. (...)

Vincent Pélissier, Parfois, c’est pourtant du ciel qui reste… Liminaire
Salah Stétié, Fable
Marcel Cohen, Doxa
Jean Cagnard, Le ciel est b, la vie est f
Barbara Stiegler, Nietzsche à Sorrente Devant la mécanisation de la vie
Jacques Damade, Le cimetière Lami
Gaston de Pawlowski, Dernières nouveautés
Paul Claudel, L’envahissement par le ciment armé
Paul Nizan, Machines Mécaniciens Chauffeurs – présentation d’Anne Mathieu
Günther Anders, L’obsolescence de l’individu – traduction de l’allemand par Christophe David
Günther Anders, Machines mortes Visite de la galerie R. – traduction de l’allemand par Laurent Margantin
Jean-Marc Mandosio, Meccanik dancing (De Günther Anders à Daft Punk)
Christophe David, Sub specie contingentiæ Notes sur l’ontologie de l’être contingent de Günther Anders et son rapport à la question du nihilisme
Lewis Mumford, L’homme post-historique (Chapitre VII de Les transformations de l’homme) – traduction de l’américain par Bernard Pecheur

LE LIVRE OUVERT

Jacques Réda, Planimétries
James Sacré, Invention d’une enfance
Serge Airoldi, « Ou encore, l’inertie des sables, des toundras, des amandiers qui ignoraient les vents… »
Mary-Laure Zoss, L’angle mort du temps
Henri Droguet, Sauf-conduits
Olga Sedakova, L’inquiétude heureuse de la profondeur – traduction du russe et annotation par Marie-Noëlle Pane
Joséphine Michel, Photographies
Salah Stétié, L’entrée de la couleur dans la ville est un leurre
Alexandre Blok, Les Scythes – traduction du russe par Christian Mouze
Laurent Margantin, Cycle de Mitla

La revue fario :
Directeur : Vincent Pélissier
Secrétariat de rédaction : Émeline Seignobos
Comité de rédaction : Richard Brunner, Jacques Damade, Allan Diet, Vincent Pélissier, Marlène Soreda

Fario 5 automne-hiver deux mille sept
ISSN : 1774-704X
ISBN : 9782952522441
Prix : 25 €


Livraison




Securise par PayPal
PayPal Comment Ca Marche