« Günther Anders, un philosophe visionnaire »

Alain Dreyfus/ Les Inrockuptibles n°815, 13 juillet 2011



Ses écrits sont d’une telle modernité qu’il est difficile de croire qu’ils datent de 1976. Günther Anders, un philosophe visionnaire, donc désespéré.

« A l’époque des médias électroniques, il n’existe plus d’endroits où l’on pourrait ne plus être informé ou plutôt désinformé, ou encore, pour être plus précis, plus d’endroit où l’on pourrait échapper à la contrainte d’être informé ou plutôt désinformé, puisqu’il n’existe plus aucune province, il n’existe donc plus d’endroit où l’on a pas les oreilles saturées des bavardages sur la »perte du sens« des philosophes ordinaires, des psychanalystes et des prêcheurs des ondes. » Avec ce texte écrit à la fin des années 1970, on voit que Günther Anders, né à Breslau en 1902, mort à Vienne en 1992, n’a pas eu besoin d’attendre la création d’internet pour en développer une des critiques les plus ravageuses. Ceci avec une scansion répétitive aussi savoureuse que celle d’un Autrichien, Thomas Bernhard, dont il partage l’humour, l’outrance et le goût de l’exagération.

Elève exaspéré d’Heidegger dont il détestait les théories de l’enracinement, mari éphémère d’Hannah Arendt, Günther Anders a toujours refuser les hochets académiques et les systèmes trop systématiques des philosophes. Epris de littérature - il vomissait Kafka et ses personnages veules broyés par le pouvoir, mais adorait ceux, plus retors dans leur désespoir, de Beckett - Anders est l’auteur de Die molussische Katakombe( la catacombe molussienne non traduit en français), une fiction machine de guerre contre le nazisme.

Cette oppposition frontale à Hitler, qui plus est de la part d’un Juif, lui commande dès 1933 l’exil, qui le conduit d’abord à Paris, puis trois ans plus tard en Californie. Où il retrouve entre autres Adorno, Thomas Mann, Döblin et Brecht, dont il était l’ami, et qui le cite à plusieurs reprises dans son Journal de travail, sous son vrai nom, Günther Stern. Anders, « autrement » en allemand, est le pseudo qu’il s’est choisi parce qu’un directeur de journal berlinois était embarrassé de voir la signature de ce touche-à-tout surgir dans toutes les rubriques.
« Vous n’avez qu’à m’appeler autrement », lui a-t-il répondu. Aussitôt dit...

Le côté inclassable du personnage explique en partie que son oeuvre parvienne dans le désordre. Qu’importe : on peut commencer par le tome II de son grand oeuvre. L’Obsolescence de l’homme - Sur la destruction de la vie à l’époque de latroisième révolution industrielle, qui vient de sortir, avec la certitude d’y trouver à chaque page quelques pépites en forme de maximes. Qu’est ce que la mode ? « La mode, répond Anders, est la mesure à laquelle l’industrie a recours pour faire en sorte que ses produits aient besoin d’être remplacés. » La publicité ? « Toute publicité nous invite implicitement à renoncer aux objets que nous possédons déjà, à les mettre définitivement de côté, c’est-à-dire à être sans pitié. Toute publicité est un appel à la destruction. »

Cette folie destructrice, qui commande un renouvellement frénétique de la marchandise, trouve son apogée dans le commerce des armes, puisqu’il « est aussi peu loisible de lancer deux fois une bombe au napalm que de manger deux fois un petit pain ». Sur le nucléaire, on se référera avec profit à un petit texte enjoué sous formz d’entretiens, publié par Allia en poche, doté d’un joli titre même s’il ne reswpire pas la joie de vivre : Et si je suis désespéré que voulez-vous que j’y fasse ?

Alain Dreyfus